A Question of time

Imprimer cet article

© Jean-Cyril Daenekyndt

Souvent, les titres des soirées symphoniques sont des attrape-tout qui sonnent creux. En utilisant le célèbre fragment du Lac de Lamartine Ô temps ! Suspends ton vol, l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté et Jean-François Verdier frappent cependant juste. La temporalité semble en effet abolie pendant ces deux heures de concert où trois fulgurantes pages des années 1970 sont enchâssées entre des monuments mozartiens interprétés par François Chaplin, les Concertos pour piano n°23 (dont le sombre Adagio est un véritable tube utilisé dans de nombreux films comme Le Nouveau monde de Terrence Malick) et n°24. Entre ces deux éternités se découvrent le Tempus fugit, impitoyable compte à rebours extrait de la Symphonie n°4 “Nostalgique” d’Einar Englund, et la pulsation obsédante des claves de Steve Reich dans Music for pieces of wood. Au cœur du programme se trouve la lumineuse et ascétique quête d’Arvo Pärt avec son émouvant et planant Cantus in memoriam Benjamin Britten. (H.L.)

À La Mals (Sochaux), mercredi 15 février

www.mascenenationale.com

Au Théâtre Ledoux (Besançon), jeudi 16 février

www.scenenationaledebesancon.fr

Au Théâtre (Lons-le-Saunier), vendredi 17 février

www.scenesdujura.com

www.ovhfc.com

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article