Temps de pause

Trenches, 2018

Dans une exposition bicéphale et transfrontalière se déploient les Conversations photographiques de Naomi Leshem.

Réunis par paires, les clichés carrés de la photographe israélienne Naomi Leshem sont montrés de part et d’autre du Rhin. Créant de fécondes et délicates collisions artistiques, ces diptyques installent un dialogue entre deux images, ouvrant, à chaque fois, de nouvelles perspectives. Se manifestant parfois dans des compositions de même essence, le lien se fait évident : ainsi une vue de la Mer morte écrasée d’une lumière implacable questionne-t-elle un sombre lac de Zürich où la nuit semble s’amuser avec l’astre solaire. On imagine alors que la destinée de l’étendue d’eau à la salinité dix fois supérieure à la Méditerranée pourrait préfigurer celle d’espaces aquatiques menacés par la pollution… Ailleurs, la relation est plus ténue : une jeune fille méditative assise sur un fil tendu fait face à un chemin tracé entre deux murs de pierre. Vestige archéologique ? Tranchée oubliée ? Ici, l’art de l’intime de Naomi Leshem – suggérant une pause sur le chemin de l’existence – est d’une grande douceur.


Au Friedrichsbau (Bühl) et au Pôle culturel (Drusenheim), du 8 octobre au 7 novembre, avec le soutien du programme Interreg de l’Union européenne
buehl.de/leshem
pole-culturel.drusenheim.fr
naomileshem.com

vous pourriez aussi aimer