La Conquête de l’espace

Imprimer cet article

Francis Bacon, Triptyque inspiré du poème Sweeney Agonistes, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden Smithsonian Institution, Gift of the Joseph H. Hirshhorn Foundation, 1972, Photo de Lee Stalsworth © The Estate of Francis Bacon / VG Bild-Kunst, Bonn 2016

La structuration spatiale de la toile: tel est le fil directeur de l’exposition consacrée à Francis Bacon à Stuttgart.

Une quarantaine de peintures de grand format – dont quatre monumentaux triptyques torturés – et de signifiants et rares “rogatons d’atelier”, comme un dessin sur une page arrachée d’un livre reprenant des photographies décomposant le mouvement de Muybridge… Réalisée avec la Tate Liverpool, cette exposition dédiée à Francis Bacon (1909-1992) est la première à explorer ses Chambres invisibles, se concentrant sur une vision de l’espace pictural permettant, pour la commissaire Ina Conzen, d’accentuer et de dramatiser le sentiment de solitude métaphysique traversé d’un désir douloureux qui irradie dans ses œuvres. L’artiste installe en effet ses figures dans des cadres aux contours fantomatiques, immenses arènes, cages de verre ou structures légères mais oppressantes. Les êtres ressemblent ainsi à des animaux dans un zoo contemplés par un spectateur / voyeur, illustrant avec force la définition que Bacon donnait de son Art : « Mes images doivent agir directement sur le système nerveux. »

À la Staatsgalerie (Stuttgart), jusqu’au 8 janvier

www.bacon-staatsgalerie.de

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article