Résistance

Imprimer cet article

© Alex Grisward

Étrange pièce de théâtre que ce Freetime de Toshiki Okada qui nous entraîne dans le japon contemporain par le biais d’une vision multifocale d’un événement quotidien ayant tous les atours de la banalité : le temps libre gagné par une jeune employée de bureau, Mademoiselle Koga, qui s’installe chaque matin dans un café franchisé où elle prend une boisson bon marché avant de rejoindre son travail. Le metteur en scène et comédien Jean-Marc Eder est tombé sous le charme de ce drôle de texte célébrant un de ses actes de résistance quotidien de petite gens refusant le rythme effréné imposé par la société capitaliste. À l’image des Freeters vivant en marge d’une société dont ils refusent le modèle dominant, Toshiki Okada donne à voir une pensée pour soi, une précaution pour ses envies qui s’incarne sur scène dans le travail plastique d’Odile Liger, artiste graveur. S’installant tous les jours à la même table pour griffonner un cahier, Mademoiselle Koga suscite l’interrogation de la serveuse et de deux clients. L’écriture et le dessin comme grain de sable dans le grand mécanisme broyant nos quotidiens.

> Au Théâtre de Haguenau (29 & 30/11), au Taps Laiterie (Strasbourg, 06-10/12), à la Salle Europe (Colmar, 04/02/2017) et à l’Espace 110 (Illzach, 29/04/2017)
www.lemythedelataverne.fr

Thomas Flagel
Thomas Flagel
Journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article