Nicolas Laureau

Imprimer cet article

Last but not least : Nicolas Laureau du groupe NLF3 et du label Prohibited Records

Prohibited fête ses vingt ans. Que retenez-vous de ces deux dernières décennies ?

Le visage de ceux qui ont participé de près ou de loin au label. Parmi nos anges gardiens, Guy Picciotto de Fugazi, David Grubbs de Gastr del Sol, Luke Sutherland de Long Fin Killie et John Peel de la BBC. J’ai eu la chance de le croiser, avec Herman Dune, lors d’une Christmas party chez lui.

Le dernier disque de Prohibition date de 1998. Pourquoi avoir arrêté l’aventure à ce moment-là, pour la poursuivre avec NLF3 ?

Nous avions d’autres aspirations et étions arrivés, avec 14 Ups & Downs, à une sorte d’aboutissement.

Pink Renaissance est le dernier album de NLF3 ?

Le dernier en date, oui, mais le tout dernier, je ne le pense pas, même si ça serait beau de finir avec un disque se nommant Pink Renaissance.

Une communauté, une famille… Dernier mot utilisé pour qualifier Prohibited ?

Artisanal.

Vous défendez une certaine idée de la musique indépendante en 2015 : faites-vous partie des derniers dinosaures ?

On a su bousculer les frontières entre les genres, les pays et les gens. Nous étions des samouraïs, des guerriers ayant envie d’en découdre pour faire évoluer les choses.

Pourquoi avoir sorti vos mixtapes d’anniversaire sur cassettes audio ? Il ne s’agit pas de la dernière technologie…

C’est un pied de nez à l’industrie musicale. La cassette renoue avec la réalité de nos débuts, en 1989.

NLF3 est une vraie machine à digérer les genres : post-rock, electro, world, afrobeat… Quelle est la dernière influence passée par votre moulinette ?

Je dirais Can, un groupe auquel on nous a souvent associés alors que je suis passé complètement à côté dans ma jeunesse. Nous sommes proches de leur démarche et leur syncrétisme.

Dernière chose prohibée faite.

Qu’est-ce qui est illégal aujourd’hui ? Tout semble tellement balisé… Ça n’est pas interdit mais je dirais une limpia au Mexique où nous avons présenté notre ciné-concert sur Que Viva Mexico ! d’Eisenstein. Il s’agit d’une cérémonie enfumée durant laquelle on écarte le mauvais œil.

Dernières sorties.

Mixtapes (cassettes en édition limitée, avec Herman Dune, Berg Sans Nipple, NLF3, Mendelson…) Rarities et Curiosities (sorties les 27 janvier et 27 février).

 

Les 20 ans de Prohibited Records à Metz, aux Trinitaires, vendredi 27 février, avec NLF3, Mendelson, Quentin Rollet & Jerôme Lorichon

www.trinitaires-bam.fr

 

www.prohibitedrecords.com

www.nlf3.com

 

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article