Jump around

Photo de Tom de Peyret

To Da Bone, dernière création de (LA)HORDE est un spectacle survolté issu du Hardstyle. Onze danseurs bondissant sur 140 BPM dans des nappes de fumées…

Le trio détonne dans le paysage chorégraphique. Marine Brutti, Arthur Harel et Jonathan Debrouwer mènent leur collectif tous azimuts, explorant la danse comme le cinéma en s’intéressant au plus près à la manière dont l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes entremêlent désormais les corps et l’archivage des gestes. La “Post Internet Danse” rebat les cartes, mobilise les foules, anime des révoltes intimes de la jeunesse. Et voilà que ceux qui ont découvert la plupart de ces mouvements et modes sur la toile réactivent les genres issus du Hardstyle et des Hard-Dances (Tekstyle, Shuffle, Hakken et Jumpstyle) dont les variantes forment une chorégraphie hypnotique. Dans l’obscurité du plateau, onze danseurs en jeans et sapes flamboyantes font face au public. L’air d’avoir envie d’en découdre, la rage au cœur, un pas basique effectué en carré millimétré sur un tempo martial donne le La de To Da Bone. Ils donneront tout, se dépouilleront jusqu’à l’os.

Photo de Tom de Peyret

Né en Belgique et aux Pays-Bas, popularisé mondialement grâce aux plateformes comme YouTube, la mode a pris de l’ampleur en une dizaine d’années. Voilà qu’ils livrent un ensemble de pas, de passes, de jumps et de tours sur soi nés dans la solitude de leurs chambres d’ado, migrant ensuite dans les friches urbaines et les parkings sous l’éclairage des phares de voiture bien avant d’investir les clubs, lors de battles à mettre KO n’importe quel amateur de cardio en salle de sport ! Mais (LA)HORDE n’est pas dévote. Succède à cette démonstration inaugurale au tempo endiablé un solo aérien et intime. Si l’on martèle le sol aussi frénétiquement, c’est pour mieux échapper à la gravité qui nous tient lieu de quotidien. Le groupe se disloque, multiplie les tentatives d’élévations en apesanteur. Pour la première fois, ces danseurs de plusieurs nationalités se retrouvent dans une entreprise collective dépassant leurs pratiques isolées. Les chorégraphes appuient d’ailleurs sur la dimension politique du mouvement, sorte de révolte sourde se nichant dans les interstices d’espace convergeant du On Line au In Real Life.

Au Manège (dans le cadre
du festival Reims Scènes d’Europe), lundi 13 et mardi 14 février
scenesdeurope.eu
À Pôle Sud (Strasbourg), mardi 20 et mercredi 21 février
pole-sud.fr
collectiflahorde.com

 

vous pourriez aussi aimer
Achetez Cialis Achetez Viagra Achetez Ivermectin Acheter Du Viagra En Ligne Acheter Du Levitra En Ligne