Shamanic spirits

Vue de l’exposition Un monde infini : Artistes chamanes, autour d’une collection de l’Himalaya, du 17 octobre 2020 au 10 janvier 2021, Fondation Fernet-Branca ©Olivier Perrenoud

Avec Un Monde infini : artistes chamanes, la Fondation Fernet-Branca met en regard art contemporain et pratiques rituelles ancestrales.

Le mot vient des langues toungouses de Sibérie, où le šamán – à la fois sage, médecin et devin – est perçu comme un intercesseur entre humains et esprits de la nature, au-delà et forces occultes. Toujours vivace au Népal, le chamanisme a engendré un art d’une beauté singulière, dont les masques, tambours, phurbu et autres dagues rituelles ont investi la Fondation. Un Monde infini : artistes chamanes met en scène un dialogue inspiré entre la collection d’objets himalayens de l’alsacien Pierre Zinck (l’une des plus importantes d’Europe) et les œuvres d’artistes contemporains aux imaginaires habités par le sacré.

Entourées des hypnotiques photographies de sous-bois, de silence et de brumes du coréen Bae Bien-U, les statuettes tribales en bois qui protégeaient autrefois grottes et ponts frappent par leur puissance expressive, sauvage. Les toiles expiatoires de Damien Deroubaix (voir ici), les enluminures en forme de conte oriental macabre de Saba Niknam, les papiers Washi superposés, déchirés et recomposés par Maren Ruben jusqu’à rendre la texture organique d’une peau de bête sacrifiée répondent aux masques horrifiques ornés de restes de poils, de dents et d’os utilisés pour atteindre transe, extase et tremblements.


À la Fondation Fernet-Branca (Saint-Louis), jusqu’au 3 octobre
fondationfernet-branca.org

vous pourriez aussi aimer