Charles Fréger révèle des Silhouettes dans ses photographies

L'épopée de Jeanne d'Arc, 2016-2017

À La Chambre, les Silhouettes du photographe Charles Fréger plongent leurs modèles dans l’obscurité pour mieux en exposer l’âme. 

Tout un pan de l’œuvre du photographe Charles Fréger emporte le visiteur du côté obscur… sur le plan esthétique ! Pensons à Souvenir d’Alsace – qui se déploie dans sa plénitude à quelques encablures de là, au Musée alsacien – où à la Suite basque (2015-21), variation en contre-jour total où la simplification extrême des silhouettes vient questionner l’âme d’une région. « La soustraction de lumière est une manière de se positionner par rapport à une représentation historique, comme si ces zones de noir contenaient une sorte d’imaginaire de projection plein de doutes et d’interrogations », explique-t-il. 


Ce processus d’essentialisation, par réduction à des archétypes, permet ainsi paradoxalement de révéler bien des choses. Du négatif au positif en somme. On demeure ainsi fascinés par les images venues du fond des âges de La Préhistoire (2017-18) ou celles de L’Épopée de Jeanne d’Arc (2016-17) qui viennent scruter la figure de la Pucelle de Domrémy et son expression dans l’imagerie patriotique, notamment au XIXe siècle, dans un théâtre d’ombres oscillant entre hiératisme martial et angélisme doloriste. 


À La Chambre (Strasbourg) jusqu’au 14 janvier 2024
la-chambre.orgcharlesfreger.com 

> Le Musée alsacien expose conjointement Souvenir d’Alsace (jusqu’au 01/04/24)
musees.strasbourg.eu 

vous pourriez aussi aimer
Achetez Cialis Achetez Viagra Achetez Ivermectin Acheter Du Viagra En Ligne Acheter Du Levitra En Ligne