Monde de brut

Imprimer cet article

L’Espace multimédia gantner et les Musées de Belfort font le focus sur L’Art brut au temps des technologies. Des œuvres contemporaines paranoïaques, métaphysiques, autistes… fascinantes !

Le Palais idéal de cailloux réalisé par le Facteur Cheval en trois décennies, au tournant du XIXe et XXe siècle. L’armée de Vivian Girls dessinée par Henry Darger, Américain dérangé mort en 1973 après avoir rempli plus de 15 000 pages racontant les aventures tordues de fillettes se battant contre le mal. L’Art brut, théorisé par Jean Dubuffet, rassemble des créateurs atypiques, à la marge, souvent solitaires et autodidactes. L’Espace gantner et les Musée(s) de Belfort font le point sur un Art englobant des médiums actuels : photo, vidéo ou numérique. Selon Christian Berst, commissaire de l’exposition bicéphale, il s’agit de présenter des « cosmogonies complexes, systèmes parascientifiques, mythologies individuelles, etc. » Dans la lignée de Cheval ou de Darger, il y a Terry Davis, Américain ayant mis au point un système d’exploitation révolutionnaire nommé Temple OS, permettant de communiquer avec… l’Éternel. À découvrir également, les panoramas créés par Albert Moser à partir de photographies qu’il colle les unes aux autres ou encore les dessins pop de Rhalidou Diaby réalisés grâce à un logiciel informatique rudimentaire, façon PaintShop Pro.

 

À la Tour 46 (Belfort) et à l’Espace multimédia gantner (Bourogne), jusqu’au 16 janvier

www.ville-belfort.fr/fr_tour_46 www.espacemultimediagantner.territoiredebelfort.fr

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article