Jean-Michel Jarre

Imprimer cet article

Last but not least : Jean-Michel Jarre, electro libre

 

Dernier Rendez-vous important.

Ma rencontre avec Edward Snowden (présent sur son dernier disque, NDLR) à Moscou, il y a quelques mois. Il incarne le héros moderne, à l’image de ma mère, résistante pendant la guerre. Elle était également considérée comme une fauteuse de trouble.

Dernière méfiance envers les nouveaux médias.

Il y a cinq minutes sur mon mobile. L’info est partout et donc nulle part. Snowden, Assange, WikiLeaks ou Mediapart sont importants car ils nous aident à surveiller ceux qui nous surveillent. Ils décryptent le réel.

Dernière bouffée d’Oxygène.

La victoire d’Usain Bolt qui incarne les valeurs de Coubertin trop souvent foulées au pied. J’adore le 100 mètres, c’est comme un geste d’architecture, un Polaroid d’adrénaline.

Dernier Souvenir de Chine.

Le canard laqué mangé la semaine dernière… à Paris.

Dernière technologie.

L’iPhone 7. Je suis très curieux de découvrir à quel point rien n’aura changé depuis le précédent.

 

Dernière Rumba.

Ça remonte à avant mon entrée dans le “bunker”, il y a au moins huit mois. En réalité, j’ai presque passé ces cinq dernières années enfermé dans mon studio.

 

Derniers albums.

Electronica 1 & 2, édités par Columbia

www.jeanmicheljarre.com

Au Zénith Europe (Strasbourg), lundi 17 octobre

www.zenith-strasbourg.fr

 

Au Zénith (Dijon), samedi 26 novembre

www.zenith-dijon.fr

 

À L’AccorHotels Arena (Paris), lundi 12 décembre

www.accorhotelsarena.com

Photo de Benoît Linder pour Poly

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article