Zoom sur une ville : Baden-Baden

Imprimer cet article

Centre thermal et capitale musicale, spot rassemblant les aficionados de la roulette et cité muséale mignonnette : visite dans une ville plurielle.

Un parc qui s’allonge avec élégance au fil de la Lichtentaler Allee, des villas au charme délicat du XIXe siècle et une sérénité qui s’affiche le long des allées d’une des plus belles roseraies d’Allemagne… Baden-Baden déploie des délices qui ont toujours fasciné le gotha européen venu dans la cité badoise pour profiter de ses eaux bienfaisantes provenant des douze sources du Florentinerberg. Érigé en 1877, dans un style néo-Renaissance, le Friedrichsbad propose un parcours ponctué de 17 stations dans un décor précieux où des faïences peintes avec élégance représentant des scènes champêtres succèdent à des mosaïques épurées tandis que les Thermes Caracalla invitent a une expérience aquatique plus contemporaine. Autre point d’ancrage, un des casinos les plus excitants du continent qui attira Tourgueniev ou Dostoïevski : dans le Roulettenbourg du Joueur, on reconnaît aisément Baden-Baden. Aujourd’hui, il est encore fréquent d’entendre parler russe dans les rues de la ville et l’on se presse au Musée Fabergé rendant hommage aux créations du joailler des tsars. L’ombre de l’aristocratie russe flotte aussi sur le charmant Théâtre à l’italienne inauguré le 9 août 1862 avec la création de l’opéra Béatrice et Bénédict de Berlioz, habitué des lieux. Dans cette bonbonnière se déploie aujourd’hui une programmation théâtrale séduisante avec, par exemple, la Wirtschaftskomödie d’Elfriede Jelinek (jusqu’au 06/04) dans le cadre de Gutes böses Geld.

Baden-Baden_Festspielhaus_01_20x30

Temple de la musique

Deuxième plus grande maison d’opéra d’Europe (après Bastille, à Paris), le Festspielhaus est une institution intégralement privée qui accueille les stars et les tsars des galaxies classique, lyrique et chorégraphique. Il est vrai que de Johannes Brahms à Pierre Boulez en passant par Pauline Viardot, bien des musiciens firent de longues escales à Baden-Baden. Dans les prochaines semaines, on y entendra le violon enchanté d’Anne-Sophie Mutter (15/04), la voix veloutée de la très glam’ Mojca Erdmann dans un programme dédié à Wolfgang Rihm venu en voisin puisque le compositeur habite Karlsruhe (16/04) ou encore le piano débridé de Lang Lang pour un dépoussiérage en règle de Bach Chopin et Tchaïkovski (24/04). Qui peut dire mieux dans la région ?

Baden-Baden_Museum Frieder Burda_20

Galaxie muséale  

Le long de la Lichtentaler Allee se découvrent plusieurs musées majeurs en un peu plus de 200 mètres ! Tout débute au Kulturhaus LA8 qui abrite depuis 2009 le Musée pour l’Art et la technique du XIXe siècle où l’on peut admirer une exposition dédiée à Andreas Achenbach (1815-1910), paysagiste de génie qui a su se dégager des canons du romantisme avec un art aux résonances réalistes (jusqu’au 28/08). Quelques pas nous mènent à la Staatliche Kunsthalle où se déploie Gutes böses Geld (jusqu’au 19/06) qui a reçu le prestigieux label de Große Landesausstellung Baden-Württemberg (Grande exposition du Land de Bade-Wurtemberg). Le bâtiment blanc de 1901 est relié par une passerelle de verre au Museum Frieder Burda (qui montre des œuvres de Gerhard Richter jusqu’au 29/05 ; en parallèle est présentée la très sylvestre exposition L’Arbre qui cache la forêt), joyau de transparence et de délicatesse imaginé par Richard Meier pour abriter une des plus belles collections d’Allemagne. Aujourd’hui, l’institution est devenue un des moteurs économique de la ville puisqu’une récente étude de la Zeppelin Universität Friedrichshafen a montré qu’elle générait 17 millions d’euros de retombées directes et indirectes chaque année !

www.baden-baden.de

Bons plans

Baden-Baden_Le Jardin de France_16Le Jardin de France

Stéphan (au piano) et Sophie (en salle) Bernhard célèbrent la haute gastronomie. Le Filet de turbot, asperges au gingembre confit, langoustines grillées en carapace est cultissime !

www.lejardindefrance.de

 

Rizzi

Lounge chic & choc avec comme spécialité la cuisine méditerranéenne.
www.rizzi-baden-baden.de

 

Mamma Lina

La meilleure pizza à l’Est du Rio Grande… À la sortie du Festspielhaus on peut y croiser des stars lyriques comme Valery Gergiev.
www.mammalina.de

 

Brenners Park-Hotel

Un palace au charme suranné dont parle déjà Céline dans D’un Château l’autre avec un des plus beaux spa qui soient !

www.brenners.com

Hotel Belle Epoque

Dans un hôtel particulier de 1874 se niche une des plus belles adresses de Baden-Baden : vingt chambres et suites attendent les esthètes les plus exigeants dans des styles les plus variés (Empire, Louis XV, époque victorienne…)

www.hotel-belle-epoque.de

 

Max’s

Cette institution de la night célèbre ses vingt ans en avril !

www.maxsbaden-baden.de

 

Leo’s

Un restaurant et un bar à vins où il est agréable de prendre un verre jusqu’au bout de la nuit.

www.leos-baden-baden.de

 

 

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article