Words, words, words…

Imprimer cet article

© Daniel Spehr / Musée Tinguely

« J’ai peur de la gloire. » « L’amour c’est des mots. » « Attention la culture manipule. » Les phrases de Ben Vautier ont envahi le Musée Tinguely.

Une écriture ronde, formée avec application, genre CE1, des lettres blanches sur fond noir… On les a vues partout, ad nauseam : tee-shirts, mugs, posters, serviettes, verres, bouteilles de pif, etc. C’est bien Ben : un nom, une marque. Cette exposition très complète et multilingue permet d’aller plus loin et de faire la lumière sur un homme tellement (sur)exposé qu’on en avait parfois oublié qu’il est un artiste ayant appartenu au groupe Fluxus et à l’École de Nice. De ses débuts à la fin des années 1950 (et ses surprenantes Bananes) à ses réalisations actuelles (rassemblées dans 30 espaces installés in situ), plus de 500 pièces témoignent de la trajectoire d’un plasticien qui a toujours bousculé, irrité, énervé, gratté où cela fait mal… Reste une œuvre égotique en diable, attachante et accessible, échappant à toute définition : entre escroquerie géniale, réflexion philosophique profonde, récupération par la société marchande et revendication politique. Elle se résume ironiquement en une phrase écrite en blanc sur fond noir et traduite en trois langues : « Ben est art »

Au Musée Tinguely (Bâle), jusqu’au 22 janvier
+41 (0)61 681 93 20 – www.tinguely.ch

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article