The greatest

Imprimer cet article

Poliça, Lisa Simone, Gregory Porter, Yael Naim… la prog’ du Zeltival est bigarrée. Avec la venue de Tortoise, Cat Power ou Nada Surf, il fait un focus sur quelques géants des années 1990.

L’air de rien, la timide et vulnérable Chan Marshal est devenue une des grandes figures de la pop moderne. Petit à petit, cette hypersensible – les concerts de ses débuts furent de véritables chemin de croix pour elle, voire pour ses spectateurs – a pris du poil de la bête pour se transformer en icône folk-soul. Largement popularisée par My Blueberry Nights de Wong Kar-Wai, où elle parvient à éclipser Norah Jones, et grâce au succès du tube The Greatest, Cat Power est une référence pour beaucoup… et pour nous dès les années 1990 avec ses titres désarmant de beauté et de fragilité.

C’est également au milieu des nineties que Tortoise sortit ses premiers disques, posant les fondations d’un genre qui ne cessera de croître, le post-rock, musique instrumentale à la frontière des genres, empruntant beaucoup au jazz. Le groupe de Chicago, dont le coup de maître demeure le magnifique TNT (1998), ne cessa de faire évoluer une musique abstraite et éminemment cinématographique, la conduisant vers des sommets. Il vient de livrer The Catastrophist qui n’est sans doute pas son meilleur album, mais très très loin d’être catastrophique. On y entend notamment la voix de Georgia Hubley de Yo La Tengo, autre groupe mythique des années 1990. Mais c’est une autre histoire…

 

Du 8 juillet au 7 août, au Tollhaus (Karlsruhe)

www.tollhaus.de

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article