Sur la piste du grand nord

Imprimer cet article

Pour ses vingt ans, le festival Pisteurs d’étoiles virevolte autour de l’excellence, offrant un panorama spectaculaire et poétique de l’art circassien des quatre coins du monde. Coup de projecteur sur la Finlande et ses acrobates venus du froid.

Il fut une époque où les clowns finlandais s’expatriaient, faute de cirque dans ce Grand Nord européen. Équilibristes et jongleurs allaient voir ailleurs si les chapiteaux y étaient. Depuis une quinzaine d’années seulement, le pays a résolument choisi de développer les arts circassiens. Les compagnies, les écoles et les festivals fleurissent comme un printemps sur la neige. Un coup de projecteur s’imposait à l’occasion de ce vingtième Pisteurs d’étoiles obernois, pour découvrir l’une des marques du cirque finlandais : loin de toute exubérance, le spectateur est invité dans un univers très intériorisé, pimenté d’une touche d’humour noir. Quatre rendez-vous sont au programme, dont deux proposés pour la première fois au Théâtre de Hautepierre, comme une étape de plus dans la construction en cours du Pôle national des Arts du Cirque, en partenariat avec Les Migrateurs. La compagnie Zero Gravity y présente Toisin Sanoen – In Other Words (mardi 5 et mercredi 6 mai), stupéfiant travail autour du fil de fer, élément unique et douloureux de ce spectacle au féminin porté par cinq artistes à la puissante expressivité. Le texte est une source d’inspiration dont les lignes se combinent avec celles formées par le fil pour explorer la vision que chacun peut avoir du monde et de soi-même. Toujours au même endroit, La compagnie creuse le sillon d’un agrès unique avec Pinta (mardi 5 et mercredi 6, en photo), merveille de beauté et de poésie autour de la corde lisse et de la magie de l’apesanteur. Habillant ce dialogue mystérieux entre corps et objet, air et eau, les lumières somptueuses et le jeu de la vidéo ajoutent à l’envoûtement visuel d’un spectacle follement novateur et audacieux.

Retour sous le grand chapiteau obernois où la compagnie Sirkus Aikamoinen rompt avec cette ambiance intimiste en multipliant les disciplines dans The Land of the happy (samedi 2 et dimanche 3). On y croise un batteur qui jongle avec ses baguettes, une voltigeuse jouant de l’ukulélé, des acrobates pédalant sans lâcher leur tuba. Inspiré de l’univers des Clowns de Fellini, ce rendez-vous joyeux et musical évoque la mémoire du cirque, d’hier à aujourd’hui, et la façon dont cet art atypique nous relie au monde. En plein air, autour d’une voiture transformée en agrès, la compagnie Clunker Circus monte sur ses rollers et réveille le hula hoop au son des tubes des années 1990, dans Fuzzy dice Circus (vendredi 1er, place du Marché à Obernai), un spectacle plein d’humour et de frénésie. Preuve que les Finlandais ont plus d’une corde à leur arc !

À Obernai, sous chapiteau et dans différents lieux et à Strasbourg, au Théâtre de Hautepierre, du 30 avril au 9 mai
03 88 95 68 19 – www.pisteursdetoiles.com

Dorothée Lachmann
Dorothée Lachmann
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article