Stars à l’est

Imprimer cet article

Kamasi Washington

L’Hexagone offre son lot infini de plaisirs sonores dans tous les domaines du jazz. Et, une fois de plus, le Grand Est n’est pas en reste.

Des Vosges à l’Allemagne, quelques légendes et artistes dans le vent devraient ravir plus d’un mélomane. Non loin de la frontière, Stuttgart accueille le Jazz Open festival dont l’édition 2016 s’annonce frémissante : Chick Corea (qui fête son 70e anniversaire cette année), Stanley Clarke, Avishai Cohen, Christian Scott, Cyrille Aimée ou Cecile Mclorin Salvant en seront les têtes d’affiche à la musique exigeante et appréciable pour le plus grand nombre. Autre festival sélectif mais attaché à toucher un public large, Au Grès du jazz présente quelques pépites de premier choix. Hype d’abord, avec la venue de Kamasi Washington, le saxophoniste phare de Los Angeles et sideman de Kendrick Lamar, qui fait sensation depuis un an et la sortie de The Epic (rien que ça), un album où la transe d’un jazz cosmique influencé des années 1960 fait mouche ! Classique ensuite, avec les inusables Maceo Parker et Richard Galiano, l’élégante Diane Reeves et le formidable bassiste Stanley Clarke. Il ne fait plus de doute, et ce depuis longtemps, que le festival de la Petite Pierre est un rendez-vous d’exception en Alsace.

Plus difficiles d’accès, le Festival de Jazz et Musique improvisée en Franche-Comté de Besançon ou la version allemande du festival strasbourgeois Jazzdor à Berlin, ont pour vertu première de perpétuer la richesse et l’éclectisme musical français. À Besançon, dans la série des Impromptus singuliers qui laissent la parole à la création improvisée exigeante et risquée, le solo de guitare à 12 cordes de Thibault Florent ou le solo voix / contrebasse d’Élise Dabrowski relèvent du choc esthétique pour beaucoup. Il n’y a pourtant rien de plus formateur que de s’y confronter, pour la fascination inattendue et la curiosité qui nourrira l’écoute. À noter également, la présence du vibraphoniste Franck Tortiller, ancien directeur de l’Orchestre national du Jazz, de Patrice Héral (batterie) et d’Olivier Ker Ourio (harmonica) aux côtés du bassiste Frédéric Monino pour un hommage à Jaco Pastorius ! Même esprit au Jazzdor berlinois, mais avec un duo inédit de rêve entre le pianiste Joachim Kühn et le saxophoniste soprano Émile Parisien.

 

Dans la cour des grands

À Wolfisheim, le festival de jazz a l’étoffe des grands. Non seulement par sa volonté d’attirer des têtes d’affiche, mais aussi par des concerts gratuits aussi convaincants que ceux proposés sous chapiteau. Sur la scène des douves, par exemple, l’excellente et très inspirée trompettiste Airelle Besson viendra présenter son nouveau répertoire en quartet. Une aubaine immanquable pour les Alsaciens de découvrir gratuitement une des artistes les plus en vue de la scène française. Autre trompettiste, autre chance pour le public, Julien Alour et son quintet aux penchants hard-bop se produira sur la scène de l’Esplanade. Côté chapiteau, Wolfi Jazz ne passe pas à côté des nouveaux chouchous anglais, le trio Gogo Penguin, qui, fort de son succès outre-manche, a signé chez Universal. Une réussite qui lui vaut de conquérir les Français avec son jazz captivant aux accents pop. Des quelques grands noms d’artistes établis, on retiendra le très dansant projet Mandekan cubano de l’immense bassiste camerounais Richard Bona, le nouveau quartet d’Erik Truffaz et l’Attica Blues Big Band d’Archie Shepp. Que de noms !

Wolfi Jazz, à Wolfisheim, du 22 au 26 juin

www.wolfijazz.com

 

Météorites à Mulhouse

Espèce d’ovni sur la scène des festivals français, météo s’est créé une réputation de rendez-vous de première classe pour les musiques improvisées. En à peine quatre jours se succèdent une armada de génies et de visionnaires du genre. En témoigne la clôture avec un artiste adulé par les amateurs de free jazz, le chicagoan Roscoe Mitchell, figure historique de l’Art Ensemble of Chicago. Plus accessible, l’hommage très festif de Thomas de Pourquery à Sun Ra semble presque étrange parmi toutes les expérimentations du festival. Enfin, pas si l’on considère la filiation cosmique sous-tendue par ce tribut à celui qui disait venir de la planète Saturne. Autres sommités du genre, le duo Archie Shepp / Joachim Kühn ou le trio Hamid Drake (batterie), William Parker (contrebasse) et Pat Thomas (piano). Mais puisqu’il importe peu au festival d’être une suite de têtes d’affiches, mieux vaut s’imprégner de la multitude d’expériences menées à Mulhouse : un solo de harpe de Zeena Parkins ; un duo contrebasse / violoncelle, un trio piano / batterie / platines, un solo de batterie, un solo de machines, un duo harpe / diffusion sonore et quantité d’autres étrangetés réjouissantes !

Festival Météo, du 23 au 27 août, à Mulhouse

www.festival-meteo.fr

 

 festivals : la jazz-list

Jazzdor Strasbourg-Berlin, du 31 mai au 3 juin, à Berlin, au Kesselhaus, dans la Kulturbrauerei (avec Dejan Terzic “Axiom” ou Joachim Kühn & Émile Parisien en duo)

www.jazzdor-strasbourg-berlin.eu

 

Jazz dans les Vallées, les 6, 7 et 20 juin, à Senones 

www.scene2.org

 

Ramp’Art Festif, du 18 au 29 juin, à Wissembourg

www.relais-culturel-wissembourg.fr

 

Wolfi Jazz, du 22 au 26 juin, au Fort Kléber, à Wolfisheim (avec

Archie Shepp & Attica Blues Big Band, Richard Bona & Mandekan Cubano, Selah Sue, Erik Truffaz 4tet, Hindi Zahra ou St Germain)

www.wolfijazz.com

 

Festival Jazz et Musique improvisée en Franche-Comté, du 28 juin au 2 juillet, à Besançon

www.aspro-impro.fr

 

Jazz Open, du 8 au 17 juillet, à Stuttgart (avec Van Morrison, David Gilmour, Carlos Santana, Nils Petter Molvaer ou Avishai Cohen Trio)

www.jazzopen.com

 

Au Grès du Jazz, du 5 au 15 août, à La Petite Pierre (avec Amadou & Mariam, Maceo Parker, Dianne Reeves, Kamasi Washington, Richard Galliano ou Yuri Buenaventura)

www.augresdujazz.com

 

Festival météo, du 23 au 27 août, à Mulhouse (avec Joëlle Léandre, Archie Shepp, Hamid Drake ou Mathias Delplanque)

www.festival-meteo.fr

Imprimer cet article