St-art et paillettes

Imprimer cet article

ST-ART fête ses vingt ans et innove, notamment en conviant la Maison européenne de la Photographie à Paris qui présente une sélection de portraits glamours signés Bettina Rheims.

Pour fêter sa vingtième édition, la foire d’Art contemporain strasbourgeoise change de dynamique avec une nouvelle équipe de direction présidée par Jean-Eudes Rabut. Ce dernier désire « institutionnaliser »  l’événement et lui offrir une visibilité digne de la capitale européenne. Restructuration par secteurs pour une lisibilité aisée des espaces, meilleure qualité des services (bureau d’informations, conciergerie…), création d’un pôle photo d’une dizaine de stands, invitation lancée à une personnalité pour porter un regard sur la manifestation (cette année, le critique Michel Nuridsany, auteur d’ouvrages sur Buren, Basquiat ou Le Caravage, se charge de la préface du catalogue)…

Dorénavant, chaque édition mettra en exergue une importante institution culturelle : en 2015, ST-ART convie la prestigieuse Maison Européenne de la Photographie qui a, depuis sa création à la fin des années 1990, rendu hommage au travail de Robert Frank, Raymond Depardon, Johan van der Keuken, Irving Penn ou Bettina Rheims (avec Serge Bramly, en 2000, pour la série pas très catholique I.N.R.I qui fit couler beaucoup d’encre). Les images de la responsable du portrait élyséen du Président Chirac (1995) retrouveront les cimaises de la MEP dès janvier, mais les visiteurs de la foire d’Art contemporain pourront découvrir, sur les 100 m2 impartis à la MEP, un avant-goût de l’exposition grâce à une sélection d’images de la célèbre photographe qui place la figure féminine au centre de son travail : sur la couverture de l’ouvrage I.N.R.I, c’est une femme qui se trouve crucifiée, prenant la place – sacrilège ! – du Christ. Qu’elle braque son objectif sur des icônes (Kate Moss, Charlotte Rampling, Catherine Deneuve, Asia Argento…) ou de simples anonymes, Bettina Rheims exalte ses sujets et les glamourise, n’hésitant pas à saturer les couleurs et à déshabiller ses modèles qui ne lui refusent rien.

À Strasbourg, au Parc des Expositions, du 27 au 30 novembre

Vernissage jeudi 26 novembre, sur invitation

03 88 37 21 46 – www.st-art.fr

www.bettinarheims.com

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article