Rêveries

© Jean-Baptiste Mondino

De retour sur scène pour un voyage d’hiver, Stephan Eicher, véritable horloger qui construit des mécaniques sonores de haute précision, nous invite à faire un bout de chemin avec lui.

Cinquante balais et quelques… Stephan Eicher demeure inoxydable et son dernier LP en date, L’Envolée (2012) – où l’on apprécie, pour certains textes, le complice de toujours qu’est Philippe Djian – est un bijou ultra ciselé avec lequel il arpente inlassablement les routes depuis deux ans. L’occasion de retrouver la voix attachante et délicate aux accents helvètes qui nous enveloppe depuis les expérimentations eighties, au croisement du punk et de la cold wave, du météore que fut Grauzone, groupe fondé avec son frère. Depuis, le chanteur a vécu Mille vies artistiques, baladant son public d’Engelberg à Carcassonne dans son Taxi Europa. Aujourd’hui, les fondamentaux sont là, dans des compos pleines d’une maturité toujours inquiète : le timbre envoûtant, le recours au très exotique schwyzerdütsch, les arrangements limpides, signés pour l’occasion par Mark Daumail, chanteur du groupe – aux accents folk – Cocoon.

À Saint-Avold, au Centre culturel Pierre Messmer, vendredi 23 janvier – www.cc-pierremessmer.com

À Bischwiller, à la MAC Robert Lieb, samedi 24 janvier – www.mac-bischwiller.fr

À Neuves-Maisons, au Centre culturel Jean L’Hôte, vendredi 30 janvier – www.centrecultureljeanlhote.fr

www.stephaneicher.com

 

vous pourriez aussi aimer