Poésie et vérité

Imprimer cet article

Connu pour avoir été l’écrin des amours météoriques de Goethe, Sessenheim abrite une étoile montante de la gastronomie du Grand Est. Visite dans le domaine de Yannick Germain.

À la fracture de 1770 et 1771, Goethe – alors étudiant à Strasbourg –  vit une passion fulgurante avec Frédérique Brion, fille du pasteur de Sessenheim : un musée riche et émouvant témoigne de cette idylle dans une salle de l’Auberge au Bœuf, un établissement tenu de main de maître par Yannick Germain, représentant de la quatrième génération d’une dynastie de restaurateurs. Dans un cadre rustico-chic orné de charmantes toiles de Jacques Gachot se déploie une cuisine d’une grande finesse où le foie gras de canard d’Alsace se découvre en terrine mi-cuit au porto, coing en déclinaison accompagné d’un pain bretzel fait maison. Autre extase sensorielle avec le très précis et explosif Chevreuil de la plaine de Hatten, carré et gigue cuisinée au sautoir, gnocchis de mirabelles et coings. Tout cela est rigoureux et inventif, tutoyant la modernité par habiles touches comme dans un ludique et gouteux Cappuccino de céleri-rave, écume de persil, miraculeux et aérien “trou normand” dans une navigation au long cours. L’Étoile au Guide Michelin semble de moins en moins inaccessible…

L’Auberge au Bœuf est située 1 rue de l’Église à Sessenheim. Fermée lundi et mardi. Menus de 18 € (à midi hors week-end) à 70 €

03 88 86 97 14 – www.auberge-au-boeuf.fr

 

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article