L’étranger

Imprimer cet article

Dans le cadre d’e.cité – cycle de manifestations visant à promouvoir la scène contemporaine européenne à Strasbourg –, Apollonia a mis le cap sur Berlin sous le signe de la Philoxénie, concept qui, pour résumer, invite à faire bon accueil à l’étranger. Ce voyage vers l’Autre est aussi une réflexion sur la place des migrants dans nos sociétés occidentales avec notamment une Table-ville, en porcelaine de Stephen Wilks, véritable « territoire de partage » pour l’artiste où chacun doit trouver sa place, qui voisine avec Bottle river, son installation composée de 1 400 bouteilles de céramique, armée silencieuse et invisible renvoyant à la tragédie migratoire. Pour sa part, Stefanie Bürkle questionne une identité complexe à travers les espaces de vie de familles turques rentrées au pays… où abondent les références à la banlieue pavillonnaire made in Germany ! Face à cette installation vidéo intitulée Migrating Spaces, se découvre Making Waves de Daniel Seiple, retranscription artistique d’une épopée aquatique sur un bateau construit avec des réfugiés syriens. Grâce à ces propositions et à des rencontres organisées sous la tente faite de gilets de sauvetage du collectif KUNSTrePUBLIK, Apollonia fait avancer le débat. (H.L.)

  À l’Espace Apollonia (Strasbourg), jusqu’au 31 mai

apollonia-art-exchanges.com 

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article