Les Géants

Imprimer cet article

Alexander Calder, Five Branches with 1000 Leaves, Emanuel Hoffmann-Stiftung, Depositum in der Öffentlichen Kunstsammlung Basel Photo : Emanuel Hoffmann-Stiftung / Bisig & Beyer © Calder Foundation New York / Artists Rights Society (ARS), New York

Giacometti, Moore, Kelly, Beuys, Judd, Serra, Koons… Les plus grands noms se sont donnés rendez-vous au Kunstmuseum Basel pour Sculpture on the Move (1946-2016), vaste épopée chronologique.

Vaisseau amiral de la galaxie muséale baloise, le Kunstmuseum vient de se doter d’une extension qui porte sa surface globale à 10 000 m2. Face au bâtiment principal, auquel il est relié par un souterrain, se dresse un monolithe de briques grises mariant un caractère massif et une élégance aérienne, preuve que l’architecture monumentale sait se faire légère. Derrière la façade vibratoire – en raison des alternances de couches de briques – de l’édifice conçu par le bureau bâlois Christ & Gantenbein, une exposition prestigieuse a pris ses quartiers : faisant écho à Painting on the Move, en 2002, Sculpture on the Move (1946-2016) propose un voyage chronologique en trois étapes et quelque 70 œuvres.

L’âge de bronze L’exposition débute au deuxième étage du nouveau bâtiment, dans des salles à l’éclairage zénithal, avec une section allant de 1946 à 1980 manifestant la quête d’abstraction de sculpteurs comme Alberto Giacometti dont sont présentées des œuvres majeures tel L’Homme qui chavire où, pour reprendre les mots d’Yves Bonnefoy, « le mystère d’être prend le pas, dans la représentation, sur les aspects de la chose vue ». C’est ce mystère qu’il faut tenter de percer dans ces figures anthropomorphes à l’aspect fragile où semble se concentrer l’essentiel de l’Homme. Dans le bronze de ces idoles intemporelles, on peut ainsi projeter les contours d’une destinée intime ou collective. Le lien tissé entre abstraction et figuration se retrouve chez Constantin Brancusi (avec son Oiseau de marbre aux lignes épurées), Alexander Calder dont les mobiles inspirés par la nature évoquent des essaims de feuilles métalliques ou Jean Arp et ses créations sensuelles et organiques. Jusque dans les années 1960, les sculpteurs présentés utilisent des matériaux “‘nobles” (bronze, pierre, bois…) : à partir de Jean Tinguely, bricolo-boy de génie avec ses machines tintinnabulantes faites de rogatons de la société de consommation, le quotidien fait une entrée fracassante dans les composantes de la sculpture. Pensons au chocolat ou à la saucisse à tartiner en décomposition utilisés par Dieter Roth dans de véritables Vanités du XXe siècle ou à Andy Warhol et ses empilements de boîtes de lessive Brillo. Certains se tournent néanmoins vers une abstraction radicale (“hard edge” en raison des contours nettement dessinés) comme Ellsworth Kelly. Avec son minimalisme, Blue Red Rocker manifeste un certain ascétisme, mais de ces surfaces rouges et bleues jaillit une source vive, chaude et pleine de sensualité.

Ready for the eighties On descend au rez-de-chaussée pour arpenter la deuxième partie de l’exposition (1980-1990) qui permet un retour à la figuration sur des modalités contemporaines : s’y croisent le Rabbit kitsch et régressif de Jeff Koons fait de volumes colorés en acier, inspirés de ballons gonflables noués entre eux, “l’autoportrait puni” – un homme au coin – de Martin Kippenberger, métaphore de l’Art contemporain dans les eighties ou encore Mies d’Isa Genzken, réflexion ironique sur l’histoire de l’architecture où, pour le coup, Less isn’t more. Il faudra faire quelques pas et aller vers le Kunstmuseum Basel / Gegenwart – troisième bâtiment de l’institution, posé sur les bords du Rhin – pour arriver dans la dernière section, véritable état des lieux de la sculpture actuelle où se découvre une Working Table sur laquelle Gabriel Orozco a rassemblé des objets hétéroclites, les mettant en scène dans une accumulation au parfum d’éphémère qui fait penser à la fois à un cabinet de curiosités, à un atelier et à un univers en miniature. À côté des superstars Damien Hirst ou Maurizio Cattelan (avec La Rivoluzione siamo noi, clin d’œil à Beuys), on demeure saisis par le travail de Danh Vo. We the People est une reproduction à l’échelle 1 du revêtement de cuivre de La Statue de la Liberté… Les morceaux de cet ensemble monumental sont dispersés dans le monde entier, comme les pièces d’un puzzle à assembler pour reformer le modèle originel. Une véritable métaphore de l’exposition bâloise qui retrace l’évolution de la sculpture en 70 fragments que chacun peut in fine tenter d’assembler à sa guise.

Au Kunstmuseum (Bâle), jusqu’au 18 septembre

www.kunstmuseumbasel.ch

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article