La Surprise

Imprimer cet article

© Marco Borggreve

Placé sous le signe du Suspense, le festival dédié à la musique contemporaine de la Philharmonie de Luxembourg Rainy Days permet d’explorer des sonorités inédites et excitantes.

Qu’est-ce que le suspense en musique ? Éléments de réponse en une dizaine de concerts avec, par exemple, la rencontre stupéfiante entre les œuvres de Joseph Haydn et d’Helmut Lachenmann (26/11, Philharmonie de Luxembourg). Pour le compositeur allemand, dont on entendra Ausklang où l’orchestre semble être une extension du clavier, la musique doit, parfois, faire « qu’on se cramponne à sa chaise ». Interprétée par Pierre-Laurent Aimard et l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, cette musique eighties entre en curieuse résonance avec la Symphonie n°94 “La Surprise” de Haydn dont le surnom vient de l’Andante où se trouve un accord joué fortissimo souligné par un violent coup de timbales destiné, dit-on, à réveiller les dames assoupies pendant le concert ! Autre rencontre, plus attendue cette fois, celle de Karlheinz Stockhausen et Pierre Boulez dans un récital de piano de Pierre-Laurent Aimard (27/11, Philharmonie de Luxembourg). Il n’est sans doute pas de meilleur interprète des partitions du compositeur nonagénaire que le pianiste français qui entretient un compagnonnage de longue date avec son œuvre, lui qui fut, à l’âge de 19 ans, le premier pianiste soliste de l’Ensemble Intercontemporain. Il définit ainsi sa musique : « De violents éclairages illuminent tout l’espace de l’instrument, des arpèges constamment variés, des gestes inattendus allant dans toutes les directions ». Preuve apportée avec la Troisième Sonate pour piano qui voisine avec deux autres pièces fifties de Karlheinz Stockhausen: Klavierstück IX et XI. Mentionnons encore le concert du Trio recherche (28/11, Philharmonie de Luxembourg) avec la création mondiale de Paysages nouveaux du compositeur allemand Philipp Maintz et un programme dédié à Luca Francesconi (29/11, Mudam) avec Piccola trama, concert commenté et dirigé par son auteur. Cette pièce pour saxophone et ensemble de 1989 est une étonnante réflexion sur la narration en musique.

À Luxembourg, à La Philharmonie et dans différents lieux, du 24 au 29 novembre

+352 (0) 26 32 26 32 – www.rainydays.lu

 

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article