Humour & Amour

Imprimer cet article

© Tanja Dorendorf / Opernhaus Zürich

Production de l’Opernhaus Zürich, la mise en scène signée Cordula Däuper d’Il Matrimonio segreto (1792) est un mélange heureux de kitsch assumé et acidulé (avec ours en peluche géant ou pistolet fluorescent) et de précision dans la direction des chanteurs. Dans une immense maison de poupées, s’ébattent les protagonistes du dramma giocoso composé par Domenico Cimarosa, gravitant autour du duo Paolino / Carolina, mariés en secret. Rebondissements et quiproquos s’enchaînent, impliquant une kyrielle de personnages archétypaux, comme le comte Robinson (interprété par Riccardo Novaro qu’on retrouve en récital le 04/02) ou Geronimo, cliché du pater familias bourgeois tyrannique souhaitant un beau parti pour sa fille. Tout cela est bondissant, questionnant agréablement le spectateur sur l’amour et s’envolant sur une musique d’une grande théâtralité. Souvent comique, explosive et aérienne comme une chantilly réussie, la partition annonce par bien des aspects le XIXe siècle belcantiste de Rossini et Donizetti.

À l’Opéra national de Lorraine (Nancy), du 31 janvier au 9 février

www.opera-national-lorraine.fr

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article