Équilibres contemporains

Imprimer cet article

Quatuor Diotima ©Verena Chen

Murail, Boulez et Poppe : le Quatuor Diotima enchaîne les extases contemporaines à Luxembourg.

Interprète de référence du répertoire d’aujourd’hui, le Quatuor Diotima – dont le nom évoque à la fois Friedrich Hölderlin et Luigi Nono – n’hésite pas à faire des incursions de plus en plus régulières chez des compositeurs comme Debussy, dont ils donneront l’unique quatuor, page ultra classique où se croisent les influences de Franck et de Massenet qui contraste avec le reste du programme. Yun-Peng Zhao, Constance Ronzatti (violons), Franck Chevalier (alto) et Pierre Morlet (violoncelle) créeront ensuite une pièce d’un des fondateurs de la musique spectrale, véritable alchimiste du son, Tristan Murail, avant de s’attaquer à un standard du XXe siècle, le Livre pour quatuor de Pierre Boulez. Oscillant entre véhémence et ascétisme, la partition pleine d’aspérités ressemble à une réflexion sur l’homogénéité de l’ensemble formé par les quatre musiciens et la différenciation inhérente à chacun des protagonistes. Elle entre en résonance avec Buch qu’Enno Poppe écrivit en 2016 à la mémoire de l’auteur du Marteau sans maître qui venait de disparaître et de son Livre : l’œuvre n’en est « pas la clé, c’est plutôt la quête de cette clé et un signe de respect », explique-t-il.

 À La Philharmonie (Luxembourg), mardi 2 mai
philharmonie.lu
quatuordiotima.fr 

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article