Caroline Loeb

Imprimer cet article

Caroline Loeb (c) Benoît Linder

Last but not Least : Caroline Loeb, femme des années 1980

 

Dernière fois où vous vous êtes dit « J’en peux plus de tout ce coton » à propos de C’est la Ouate.

Je suis dans l’acceptation de ce morceau… qui me permet de gagner des sous pour produire mes spectacles.

Dans votre livre Mes Années 80 de A à Z, vous écrivez : « Le théâtre, l’art de l’éphémère, lorsqu’il est juste, procure des émotions rares. » Dernier frisson au théâtre.

Les Chatouilles avec la danseuse Andréa Bescond, spectacle sur l’abus sexuel où elle est absolument incroyable. Bouleversante !

 

Dernier chic, après les damiers d’Andrée Putman.

La nouvelle déco des Bains Douches. Rien à voir avec le club que j’ai connu à son ouverture en 1985, mais c’est très réussi, avec des références au ciné et au rock.

 

Au Palace, la fête avait un « goût de Car-en-sac amer et sucré à la fois ». Chaque soirée était vécue comme si c’était la dernière.

C’est une phrase de Cyrille Putman, le fils d’Andrée. Dans sa bio, il décrit Le Palace et les gamins de 15 / 16 ans qui s’y shootaient dans les chiottes. On ne pensait pas au lendemain, on ne se projetait pas. C’était No Future.

Selon vous, « il y a Prince, et il y a les autres ». C’était la dernière grande icône des années 1980.

Il y en a d’autres, comme Madonna. La mort de Prince m’a beaucoup touchée. Sa musique et son énergie sont ancrées en moi.

 

Jean Touitou d’A.P.C. parle de « cauchemar warholien » à propos des eighties. Ne s’est-il pas amplifié ces dernières années, avec les réseaux sociaux.

Il n’aime pas les années 1980, les couleurs criardes, les épaulettes trop larges… Bien sûr, le cauchemar dont Touitou parle est devenu davantage terrifiant avec le temps.

 

Dernière connexion alsacienne après Weepers Circus que vous avez mis en scène.

Je travaille avec Alex Lutz sur un spectacle autour d’interviews de Françoise Sagan que j’incarne.

 

Dernière reprise après Le Téléfon de Nino Ferrer ou Like a Virgin de Madonna.

Dans le show Drôles de Dames, je fais un medley d’Annie Cordy : j’adore jouer Sagan un jour et chanter Tata Yoyo le lendemain !

 

Dernier livre.

Mes Années 80 de A à Z, Vents de sable

www.carolineloeb.fr

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article