Breaking the waves

Imprimer cet article

Cet été, on plonge en Eaux troubles, eaux calmes à la Fondation François Schneider, à la découverte de photos et vidéos.

L’eau est multiforme, difficile à saisir et à représenter. Il s’agit cependant d’un sujet récurrent, comme le démontre sans cesse le Centre d’Art contemporain situé à Wattwiller plaçant l’élément aquatique au cœur de ses préoccupations. Commissionnée par François Hébel, ancien directeur des Rencontres de la Photographie d’Arles, l’exposition estivale de la Fondation fait l’effet d’une vague de fraicheur… et d’une douche froide, ne se contentant pas de donner une image “positive” de l’eau : loin des cartes postales, elle montre des corps nus, libres et beaux, pris dans les remous de la mer sur les côtes camarguaises (les magnifiques photographies de Lucien Clergue), mais aussi des bateaux à la dérive (la vidéo de Gonzalo Lebrija) ou pris dans une tempête (les images de Jean Gaumy). L’eau inspire la quiétude (Arno Rafael Minkkinen) et l’apaisement (Hiroshi Sugimoto), mais peut être inquiétante, comme chez Alain Willaume et ses paysages marins à la tension latente. Quant à Martin Parr, il renvoie encore et toujours le triste reflet de nos semblables se massant sur les plages inondées par des marées humaines, des vacanciers peu glamour se liquéfiant au soleil. Eau secours !

Jusqu’au 11 septembre, à la Fondation François Schneider (Wattwiller)

www.fondationfrancoisschneider.org

Visuel :

Font du surf, Série Paparazzis, 2012 © Mazaccio & Drowilal

Emmanuel Dosda
Emmanuel Dosda
journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article