Big is beautiful

Imprimer cet article

Katharina Grosse, Sans Titre, 2015 © Katharina Grosse & VG Bild-Kunst, Bonn 2016

Les immenses panneaux peints de Katharina Grosse ont investi le Museum Frieder Burda avec une force jubilatoire.

Des panneaux peints de près de neuf mètres par quatre, un cercle de deux mètres cinquante de diamètre, une ellipse dévorant une salle, véritable structure autonome posée dans le white cube… L’art de Katharina Grosse est monumental. Dans ses œuvres la surface libérée entre en résonance avec l’architecture fluide du Museum Frieder Burda. Le visiteur pénètre ainsi dans un univers chromatique flamboyant et hypnotique et son œil se perd dans des espaces bien souvent peints au pistolet : dégradés subtils, hachures éclatantes, camaïeux à l’architecture complexe ou encore réminiscences pollockiennes… Les compositions de l’artiste allemande ont la semblance de turbulences étincelantes aux complexions, tantôt floues et indéfinissables, tantôt nettes comme un coup de rasoir. Le regard est happé. Le corps et l’esprit aussi. Comme si nous découvrions une nouvelle dimension aux contours paradoxaux, à la fois très rassurants et éminemment inquiétants.

 Jusqu’au 9 octobre, au Museum Frieder Burda (Baden-Baden)

www.museum-frieder-burda.de

www.katharinagrosse.com

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article