Bâle : découverte d’une ville-monde

Imprimer cet article

Derrière ses atours de cité aussi prospère que sage, aux ruelles trop bien ordonnées pour ne pas paraître suspectes, règne à Bâle un certain art de vivre suisse, cosmopolite et ultramoderne, baigné d’histoire.

Ville d’eau à cheval sur le Rhin, Bâle s’est bâtie autour de cette voie de transport dont les berges sont devenues, au fil du temps, le lieu privilégié des joggeurs, des businessmen et des promeneurs prenant le soleil jusqu’à son coucher. Il n’est pas rare d’y voir les habitants s’y baigner, notamment au mois d’août lors d’une fête annuelle pour le moins étonnante ! Il se peut que cette tradition remonte aux Celtes qui les premiers firent de ce lieu géographiquement stratégique une ville d’importance. Aux confluents des trois frontières (Suisse, Allemagne et France) la cité rayonne dès le Moyen-Âge : la première Université helvète y ouvre en 1460, attirant les humanistes de toute l’Europe. Après la Réforme, la ville se développe de manière spectaculaire par le biais du tissage de la soie, prémices des industries pharmaceutiques et chimiques faisant aujourd’hui encore sa renommée.

Morgenstimmung am Rhein in Basel_(c) Basel TourismusLe centre-ville est propice à la flânerie. Galeries d’Art africain (Hilt sur St. Alban-Vorstadt), boutiques branchées telles Street-Files sur Spalenberg ou Marinsel sur la Feldbergstrasse voisinent avec des shop entièrement dévolus aux vinyles dont le superbe Plattfon (Feldbergstrasse) et des lieux culturels ouverts avec café et restaurants arty : La Kaserne (dédiée au théâtre, la danse contemporaine et aux musiques actuelles) et le Theater Basel proposant ballet, opéra et théâtre parfois en français comme Des Gens bien, le 24 avril avec en guest star… Miou-Miou !

platAr(t)chitecture
De la vieille ville aux nombreux parcs arborés, des sculptures de renom – les rondeurs de Niki de Saint Phalle, le métal impressionnant de Serra ou les constructions folles de Jean Tinguely qui a son musée éponyme – jalonnent l’espace public. Avec sa quarantaine de musées, Bâle jouit d’une foire (Art Basel) parmi le top 3 mondial et d’une offre de grande capitale européenne : du plus modeste mais très actif dédié à la bande dessinée (le Cartoonmuseum) au plus garni, le Kunstmuseum (l’une des plus vieilles collections publique d’Art avec ses chefs-d’œuvre d’Holbein, Cranach ou encore Grünewald) qui rouvre ses portes le 17 avril suite à des travaux d’extension spectaculaires signés du cabinet d’architecture Emanuel Christ et Christoph Gantenbein, auteurs de la superbe extension du Swiss National Museum à Zurich.

Kunstmuseum Basel © Julian Salina

Bien souvent les Arts se mêlent et les prix Pritzker (équivalent du Nobel d’Architecture) y bâtissent les plus beaux musées. Renzo Piano a signé la Fondation Beyeler disposant de l’une des plus fascinantes collections d’Art moderne. Zaha Hadid (une Caserne de pompiers aux lignes fuyantes et aux murs tout sauf droits), Frank O. Gehry (célèbre pour le Musée Guggenheim de Bilbao dont le Vitra Design Museum reprend les rondeurs) ou encore SANAA, agence portée par Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa (Hall de production d’un blanc immaculé) ont tous bâti sur le Campus Vitra, temple du design à Weil-am-Rhein. Le VitraHaus (show-room entièrement gratuit ouvert en 2010), enchevêtrement intriguant de trois tuyaux de 40 mètres par 10 imaginé par Herzog & de Meuron n’est que l’une des merveilles du duo qui relooka la Gare centrale avant de s’occuper de St. Jakob-Park (enceinte du FC Bâle) et du Schaulager (à Münchenstein).

Innenhof Rathaus_(c) Edition Phoenix Foto Jutta Schneider, Michael WillRare sont les métropoles à avoir su préserver un équilibre aussi subtil entre bâtisses historiques du XVe siècle et architecture moderne sans dénaturer le paysage et la vue sur les Vosges où les Alpes voisines. Un petit tour au fort complet Swiss Architecture Museum achèvera de convaincre les sceptiques !

À ne pas manquer
> Joe Sacco. Comics Journalist, Cartoonmuseum Basel jusqu’au 24.04. – www.cartoonmuseum.ch
> Jean Dubuffet, Métamorphoses du paysage, Fondation Beyeler (Riehen) jusqu’au 08.05. – www.fondationbeyeler.ch
> Sculpture on the Move 1946–2016, Kunstmuseum Basel, 19.04.-18.09. – www.kunstmuseumbasel.ch
> Barnett Newman, Kunstmuseum Basel, 19.04.-07.08 – www.kunstmuseumbasel.ch
> Fractus V / Sidi Larbi Cherkaoui, La Kaserne, 23-24.04. – www.kaserne-basel.ch
> Roy Ayers, papy du funk et des expérimentations, La Kaserne, 25.05. – www.kaserne-basel.ch

Se Restaurer
Blindekuh
Manger dans le noir total pour une expérience culinaire étonnante (Dornacherstrasse). Bar lounge dans un cadre indus’ au premier étage – www.blindekuh.ch

imageVolkshaus Basel
Un superbe bar et une brasserie désignés par Herzog & de Meuron avec une grande terrasse, sur Rebgasse – www.volkshaus-basel.ch
Mel’s Bar
Sorte de diner tout droit sorti de Little Italy (Vogesenstrasse) est un lieu surchargé d’affiches et d’enseignes lumineuses vintage ! – www.mels-bar.ch

Où dormir
Au Violon
L’ancienne Maison d’arrêt de Bâle au Lohnhof (qui était une église de style roman en 1070) transformée en hôtel de charme – www.au-violon.com
Le Teufelhof Basel
Un “art hotel” au cœur de la vieille ville où chaque chambre a été décorée par un artiste. Étonnant, inspirant et plutôt pas trop cher ! – www.teufelhof.com

Informations
www.basel.com

Thomas Flagel
Thomas Flagel
Journaliste
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article