Attention les secousses

Imprimer cet article

Le violoniste David Garrett est un phénomène : dans un répertoire virtuose, il nous entraîne au cœur de torrents sonores où son archet d’exception excelle.

David Garrett est un drôle de paroissien dans l’univers policé de la musique classique. Son parcours ressemble à un sans-faute : débuts à quatre ans, premier concert (avec l’Orchestre philharmonique de Hambourg) à dix, contrat exclusif avec Deutsche Grammophon trois ans plus tard. Il aurait pu rester dans la lignée de son mentor Itzhak Perlman mais a décidé de se lancer dans le crossover pour faire venir de nouveaux publics au “grand répertoire” qu’il mélange à la pop, au rock ou au blues dans des arrangements dont il a le secret. Scandale chez les conservateurs, même si pour lui « on doit être un violoniste de classe mondiale pour enregistrer un bon CD de crossover ». Avec ses airs de rock star (mais pour lui « Paganini, Liszt ou Chopin en étaient au XIXe siècle »), le virtuose qui ressemble à David Guetta (!) mixe Smooth Criminal de Michael Jackson avec La Marche turque de Mozart et imagine Rock Symphonies composé de standards de Bach à Nirvana arrangés pour grand orchestre.

Bien souvent cependant, David Garrett revient aux fondamentaux du classique – comme dans son opus Classic Romance – avec une flamboyance inégalée… On le découvrira dans ces deux concerts où les pièces pour violon et piano (avec le brillant Julien Quentin), parmi les plus ardues techniquement forment un ensemble bondissant qu’il interprète de manière virevoltante, cheveux au vent et bagues au doigts, parlant avec le public comme le ferait un chanteur de variétés. Malgré tout, il ne prend pas de libertés exagérées avec la partition – ne faisant jamais passer son ego avant les notes écrites et les désirs du compositeur – respectant une exactitude dans les envolées sans aucune sortie de route dans des pages enlevées de César Franck, Pablo de Sarasate, Fritz Kreisler ou encore Nikolaï Rimski-Korsakov.

Au Palais de la Musique et des Congrès (Strasbourg), jeudi 12 mai

www.grandes-scenes.com

 Au Théâtre des Champs-Élysées (Paris), samedi 28 mai

www.theatrechampselysees.fr

www.david-garrett.com

Imprimer cet article