Arrivée à destinations

Imprimer cet article

Fondées en 2002, les Imaginales d’Épinal prennent cette année les Destinations pour thématique. Au cœur des Vosges sont rassemblés les meilleurs écrivains et dessinateurs arpentant des mondes imaginaires.

Plus de 300 auteurs et illustrateurs, quelque 30 000 visiteurs attendus et des centaines de rendez-vous : ateliers d’écriture, remises de prix, rencontres, expositions, spectacles, dîner insolite (Magic Mirrors 1, 17/05), speed dating entre auteurs et éditeurs, etc. Les Imaginales d’Épinal sont LE rendez-vous des aficionados de fantastique, des dingues de S-F, des amateurs de fantasy ou encore des fondus de contes et légendes. Le cru 2017 de la manifestation, placé sous le signe des Destinations, est des plus passionnants. Son esprit est incarné par l’univers artistique de Julien Delval (à qui l’on doit l’affiche de l’événement), illustrateur génial qui nous entraîne dans des mondes où la mythologie antique se marie à la fantasy : de preux chevaliers chevauchent des dragons voletant au cœur de cités d’outre-espace remplies de concrétions architecturales gothiques et de références à l’Antique. Au menu de cette riche édition, des expositions comme La Terre – Aventure #2 (Musée de l’image, 13/05-05/11) avec les œuvres d’argile de Clément Richem, l’ésotérico-initiatique Voyages du Franc-Maçon (MDAAC, 16/05-26-08) ou encore la rencontre entre l’absurde de Bault et le graffuturisme de Gilbert1 réunis dans Destination Street Art (La Plomberie, 13-30/05).

L’occasion est belle de rencontrer de nombreux auteurs venus de la planète entière avec un focus sur le pays invité, la Suisse. On croisera ainsi Georges Panchard et son culte Forteresse, roman d’anticipation se déroulant en 2030, alors que les mégacorporations ont pris le pouvoir, Hubert Froidevaux, co-fondateur du délirant collectif Plonk & Replonk, ou encore Laurence Suhner et sa saga en trois parties QuanTika, entre space opera et réflexion archéologique sur les vestiges que laissent les civilisations disparues. Nos coups de cœur ? La très british Jo Walton avec l’initiatique Morwenna et la trilogie uchronique du Subtil changement dans une Angleterre qui a signé une paix séparée avec le Troisième Reich et Tom Hillenbrand pour son inspiré Drone Land où l’écrivain allemand décrit un monde orwellien dans lequel les citoyens sont surveillés par une technologie surpuissante. Le climat est devenu fou et des guerres font rage pour contrôler les ressources naturelles. Science-fiction, vous avez dit science-fiction ?

Illustration de Julien Delval

  Dans différents lieux (Épinal), du 18 au 21 mai

imaginales.fr

 

Enregistrer

Hervé Lévy
Hervé Lévy
Rédacteur en chef
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article