Adieu l’ami

Imprimer cet article

Photo de Christophe Raynaud de Lage

Comme chaque été, le Théâtre du Peuple organise ses Estivales, marquées en 2017 par les adieux de Vincent Goethalts, directeur emblématique des lieux depuis 2011.

Arrivé il y a six ans à Bussang parce que « l’envie de diriger, d’avoir les mains libres pour créer » l’habitait, Vincent Goethals conclut sa dernière saison avec le Théâtre du Peuple. Durant ses années à la direction, le questionnement sur ce que doit être un théâtre populaire a été au cœur de son travail. Pour lui, c’est « quelque chose de très exigeant ». Il s’agit en effet, de « tenir des propos affirmés sur le monde, tout en ayant un impératif esthétique ». Vincent Goethals a également une certaine vision de la décentralisation théâtrale : « C’est le théâtre qui vient vers le gens » clame le directeur. Au Théâtre du Peuple, les acteurs professionnels jouent avec des amateurs. Cela permet de « faire du vrai théâtre épique, avec beaucoup d’acteurs sur scène ». La particularité de Bussang, c’est aussi la possibilité d’ouvrir le fond de la scène sur la forêt, où trône fièrement un vieux chêne centenaire. Pour ses dernières Estivales, Vincent Goethals veut pleinement exploiter cette possibilité.

Avec son adaptation de La Dame de chez Maxim de Feydeau, il a travaillé sur « le théâtre dans le théâtre ». Au début, la pièce se déroule ainsi sur un petit espace, pour ensuite finir en apothéose avec les portes du fond de la scène grandes ouvertes sur l’extérieur et tous les acteurs sur le plateau. Cette fois, « elles restent ouvertes très longtemps », se réjouit-il. L’atmosphère de la représentation du soir est « plus grave ». L’En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas de Steve Gagnon se déroule dans un trois pièces à Montréal. Cette adaptation libre du Britannicus de Racine traite de luttes de pouvoir, de jalousie, d’amour et de rivalité fraternelle qui finalement mènent à la trahison. Vincent Goethals a voulu rassembler les acteurs qui ont marqué son passage à Bussang pour ponctuer ses deux dernières pièces. Dans La Dame de chez Maxim de Feydeau se réunit presque toute l’équipe de l’Opéra de quats’sous, présente pour les 120 ans du théâtre en 2015. Les deux jeunes amoureux de Caillasses, été 2012, jouent quant à eux la pièce de Steve Gagnon. C’est donc autour de ces retrouvailles que Vincent Goethals fera ses adieux.

 

  Au Théâtre du Peuple (Bussang), du 14 juillet au 27 août

theatredupeuple.com

Raphaël Schmeller
Lire tous ses articlesLui écrire

Imprimer cet article